Interview de Didier Maurer – Business Development Director France d’Exyte

Les propos de l’interview sont complétés par des illustrations de réalisations d’Exyte

Adaptation des entreprises et des organisations du travail à la nouvelle donne post-confinements et valorisation de la qualité humaine du travail :

En quoi l’épisode que nous avons vécu collectivement en 2020-2021 conforte ou, au contraire, fait évoluer, l’offre d’Exyte à ses clients professionnels, ou sa façon de les accompagner, et éventuellement sa propre organisation ?

Exyte est acteur international, d’origine allemande, qui compte 5’000 collaborateurs répartis principalement en Europe, Asie et Amérique du Nord. Depuis plus d’une centaine d’années, nous accompagnons nos clients dans la conception et la réalisation de leurs outils de productions les plus exigeants (www.exyte.net). Principalement actifs dans les domaines technologiques comme la micro-électronique, les batteries ou le photovoltaïque, mais aussi des Sciences de la Vie (Biotechnologies et Pharmacie), nos équipes opèrent au quotidien pour définir et spécifier et construire des environnements de production à haut niveau de contrôles.

L’organisation globale Exyte est d’ores et déjà alignée sur un principe de collaborations à distance. Pouvoir disposer d’expertises à travers le monde permet de renforcer l’offre Exyte et ouvre des possibilités élargies à ses clients.

L’épisode que nous venons de traverser est venu conforter cette approche, tout en la dupliquant d’une échelle mondiale vers une logique plus régionale : à la dimension d’un pays, d’un territoire.

Malgré cela, nous restons convaincus de la nécessité d’échanges en face à face, d’autant plus nécessaires dans des phases critiques de définition de projets. Les rapports humains restent essentiels et déterminants dans nos métiers de services et d’ingénieries. Ces relations sont par ailleurs nécessaires pour nos clients, nos collaborateurs et nos partenaires.

Aussi, si l’on aborde le télétravail comme une opportunité, celui-ci offre une capacité plus large de nos recrutements, au-delà de nos implantations (agences) physiques.

Régénération et redynamisation des activités économiques, conventionnelles et innovantes, dans les territoires :

En tant qu’acteur du déploiement de solutions technologiques, vous participez en France et en Europe à la modernisation et à la transformation des industries, dans des secteurs variés. Pouvez-vous donner quelques exemples de ce qu’apporte la technologie, dans des territoires ou des filières où vous intervenez ?

Pour la France, la volonté politique visant à retrouver une autonomie industrielle se traduit par une réelle dynamique d’investissements dans les secteurs dits technologiques et de la santé. Dans le secteur des Sciences de la Vie par exemple, Exyte  accompagne plusieurs projets de conceptions et de constructions d’unités pharmaceutiques que ce soit en France, en Belgique ou encore en Allemagne en vue de doter le continent de ses propres capacités notamment en terme de production de vaccins. Dans la même logique, les projets de « gigafactories » de batteries électriques sont aujourd’hui une réponse à la mutation sectorielle de l’automobile et des transports, autant sur le plan de l’innovation technique que de l’emploi et de l’environnement. En ce sens, Exyte, au travers de ses expertises et de sa dimension globale, se positionne comme un acteur majeur de l’ingénierie pour ces marchés.

Cette dynamique entraîne également avec elle un nombre croissant de start-up, positionnées sur des solutions à haute valeur ajoutée.

Exyte, comme Lindea, s’inscrit totalement dans cette tendance où il est nécessaire d’accompagner, voire de structurer, un mouvement qui tend vers l’industrialisation de produits ou services issus des laboratoires de recherches ou des incubateurs. C’est d’ailleurs ces fondamentaux communs, autant que nos complémentarités de savoir-faire, qui ont favorisé les coopérations entre nos deux entreprises afin d’apporter un continuum de solutions tout au long du cycle d’investissement, de la feuille blanche à la mise en production.

Plus généralement, quel est votre analyse du panorama Français, en ce qui concerne le renouveau de l’industrie et les nouvelles technologies (secteurs, pôles et filières, type d’entreprises, taille des projets, liens avec la recherche, …) ?

Une dynamique concrète visant à « réindustrialiser » le territoire français est en route, pour ne pas dire en marche. Les grands projets, largement médiatisés, font également place à des tailles d’investissements plus normaux, souvent issus de la recherche technologique.

Au niveau des territoires, les investissements majeurs contribuent également à la constitution de nouveaux écosystèmes en matière de sous-traitance et d’offres de services. Cela représente un enjeu fort où des pans entiers de notre économie industrielle sont parfois à réinventer. Le secteur de la microélectronique par exemple doit quotidiennement remettre en question ses modèles de développement afin de faire face à une compétition mondiale d’une part, et d’autre part répondre à des enjeux sociétaux, environnementaux et d’innovations. La chaîne de valeur qui relie territoires, recherche et développement, universités, formations et industrie, dans une logique de « circuit court », représente alors un atout majeur.    

Le développement de pôles de compétitivités spécialisés partout en France favorise l’interconnexion entre les différents acteurs d’une même filière, la capitalisation des savoir-faire et l’émergence de nouvelles activités. A ce titre Exyte France vient de rejoindre le pôle Minalogic Rhône Alpes, qui a pour vocation le développement mondial des technologies du numérique, ainsi que Photonics France, la Fédération française des acteurs de la photonique.

 

 

 

 

Actions d’aménagement et immobilières concertées et collaboratives : le succès d’une opération concertée pourrait de plus en plus se mesurer au réalisme de ses objectifs et de ses moyens, ainsi qu’à la capacité à proposer des solutions flexibles et évolutives, compatibles avec les contraintes urbaines, la qualité de vie, la préservation de l’environnement

Dans votre métier, vous sentez-vous exposé à cet enjeu ?

Le nombre important de projets, la nécessité d’aller plus vite, moins cher, plus écologique imposent aux différents acteurs d’imaginer de nouveaux modèles d’exécutions.

Globalement, d’un modèle de relations « clients – fournisseurs » nous entrons dans une ère plus collaborative avec un partage des enjeux à livre ouvert, et pour conséquence la nécessité d’un niveau de confiance élevé entre chacune des parties prenantes.

L’intégration très en amont de l’ensemble des acteurs d’un projet dans une optique de co-conception et de co-construction est de notre point de vue une approche adaptée à ces nouveaux enjeux. Dans ce cadre, les collectivités et les acteurs publics sont aussi des parties prenantes importantes, à mobiliser tôt pour mener le projet à bonne fin et dans les meilleures conditions, autant que pour préparer les emplois et les services dont l’activité va avoir besoin. Comme évoqué précédemment, la mutation industrielle que nous engageons nous oblige à former les nouveaux métiers de demain et créer ou structurer des filières encore inexistantes. Pour prendre l’exemple du panneau photovoltaïque, après une longue période de développement, il s’agit maintenant de mettre en œuvre les solutions de revalorisation des panneaux, organiser les filières de collecte, etc… Il en sera de même très rapidement pour ce qui concerne la batterie électrique.

Favoriser les investissements financiers et immobiliers responsables, propices à la durabilité et au rendement économique et écologique :

Entre la réalité pratique et l’éthique professionnelle, quelle est la ligne de conduite d’Exyte en la matière ?

La dimension environnementale est une composante réelle et intégrée dans nos projets de conception. La frontière reste toujours étroite entre conscience écologique et obligation de rentabilité. Malgré tout, l’image renvoyée par l’industriel et l’implication renforcée de la société civile facilite l’acceptation d’une approche d’éco-conception.

C’est un enjeu d’avenir et une composante essentielle de la politique environnementale et sociétale du Groupe.

Exyte s’inscrit dans une démarche professionnelle auprès de ses clients, conscient également de la responsabilité directe ou indirecte que nous portons dans la définition de solutions pour les usines de demain.

Aussi, Exyte, en tant qu’acteur global et responsable, a mis en place et déploie une charte RSE au sein de ses équipes pour un comportement exemplaire et professionnel, aligné avec les valeurs fondamentales du Groupe.

 

 

 

Votre éclairage sur le traitement des 4 thématiques que nous venons d’aborder dans les questions précédentes, dans le cadre de réalisations d’Exyte dans le monde :

Dans la production d’énergies vertes ou alternatives ?

Exyte n’est pas à proprement dit un acteur de la production d’énergie. Cependant, nos clients, au travers de leurs environnement de production en salles propres extrêmement énergivores, sont particulièrement attentifs à leur empreinte carbone.

Depuis de nombreuses années, Exyte développe ses propres solutions de traitement d’air, faibles en consommations énergétiques, et les intègre dans la conception des projets qui lui sont confiés.

Ces technologies, associées aux compétences de conceptions et de réalisations de zones à ambiances contrôlées d’Exyte, représentent une solution concrète et quotidienne.

Dans la maîtrise de l’impact environnemental des installations et des sites technologiques ?

Si l’on reprend l’exemple des gigafactories de batteries, les problématiques de consommations énergétiques représentent un enjeu majeur, tant d’un point de vue de l’investissement que de son exploitation.

Pour y faire face, Exyte dispose d’un centre de recherches dont l’un des objectifs vise à identifier et qualifier les solutions d’optimisations de demain, et intègre d’ores et déjà des concepts innovants, issus également d’une expertise de plusieurs décennies maintenant, acquise dans la réalisation et la capitalisation de nombreux projets à travers le monde.

Cet engagement dans nos réalisations nous a d’ailleurs valu de nombreuses reconnaissances comme l’attribution des « ENR Best Projects » ou encore de «l’ISPE Factory Of the Year (FOYA) ».

pictogrammes : flaticon